L’automne ou l’Art de Ralentir…

J’aime l’automne.

Oui, j’aime l’automne. Éperdument.

Moi, la fille du soleil, j’aime sa lumière déclinante, cette douce fraîcheur qui s’installe subtilement et bien sûr, ses couleurs incroyablement chatoyantes.

J’ai appris à apprécier octobre et novembre, les mal-aimés du calendrier. 

J’aime le bruit des feuilles froissées soi-disant mortes sous chacun de mes pas. Ça fait « crac ».

Elles sont marrantes, elles courent, me pourchassent. Parfois j’entends un bruit subtil dans la nuit qui devient froide, là juste derrière moi. Je me retourne. C’est une feuille. Poussée par le vent sur les pavés de la place de mon village, elle semble voler au ras du sol. Parfois elle virevolte.

Danse-t-elle ? 

feminin-sacre-automne-feuilles

L’automne, petite mort naturelle, rituelle, annuelle qui annonce une renaissance future. 

L’automne me rappelle mon chien, mon basset, qui courait en forêt avec bonheur et qui semblait passionné par les odeurs musquées de cette saison. Il me montrait combien l’automne était “aimable”, au sens premier du terme; je ne comprenais pas toujours ses sages enseignements… Les humains devraient tellement plus observer les animaux et comprendre ce qu’ils essaient de dire ou de montrer.

L’importance du dénuement, du dépouillement.

C’est ce que l’automne m’inspire. C’est ce que l’automne me dit.

Accepter de laisser partir… de lâcher la main.

Ne pas retenir quelqu’un qui veut s’en aller.

Ne pas garder inutilement, abusivement, égoïstement “des choses”, des gens, des énergies censés être “relâchés”.

J’aime les brumes de novembre qui dissimulent l’essentiel du ciel et de la lande…

feminin-sacre-automne-saison

« Avant », pendant « des années », je pestais contre la grisaille, la pluie. Que de temps perdu…

Il est vrai que j’habitais en banlieue parisienne, les mois de basse saison semblaient un peu interminables et la pollution parisienne créait ce climat opaque, ce ciel bas.

Ça me mettait le moral à zéro, ça m’affectait, ça entamait mon énergie.Sous cette chape nuageuse sombre, à regarder la pluie dehors, je déprimais.

Ça me donnait encore plus de raison de dénigrer ma vie. 

Cette météo soit-disant maussade venait nourrir ma lassitude.

A l’époque j’écrivais ce bout de chanson :

« Il pleut… Moi quand il pleut, j’ai l’âme fragile des jours difficiles. Au mieux, je chercherai encore comment être heureuse dans ce monde hostile pour mon coeur de fille… docile, gentille…. Quand il pleut… Quand dehors il pleut… »

Un jour, j’ai changé ma manière de voir les choses, j’en ai eu marre d’en avoir marre, lol, de toujours me plaindre de choses, de phénomènes sur lesquels ni moi ni personne n’avait de contrôle. J’ai lâché et ça a considérablement allégé mon quotidien. 

J’ai fini par accepter que le temps était ce qu’il était et qu’il y avait une raison à tout cela. Que la nature avait aussi besoin de la pluie… Autant besoin de la pluie que du soleil. Que c’était la loi des polarités. La nuit/le jour ; le travail/le repos etc…

feminin-sacre-automne-saisonnalite

Puis j’ai aimé, j’ai finalement aimé chaque saison, son charme, ses spécificités, ses atouts, comprenant leur légitimité, leur raison d’exister… Et je me suis mise à adorer l’automne, à retrouver les sensations de mon enfance, mes souvenirs… J’ai ouvert mes yeux encore plus grands pour voir toute cette beauté. Un jour, mes sens se sont éveillés à la Beauté du Monde. Pour toujours.

Aujourd’hui j’admire les nuances de gris de l’océan atlantique qui se fondent dans le ciel laiteux, c’est magique, c’est tellement beau.

Aujourd’hui, je ne me plains plus de rien.

Tout est beau. 

S’il pleut, si ça se couvre, je me dis « c’est comme ça, c’est le choix de la nature pour aujourd’hui ».

J’aime voir et entendre la pluie tomber.

Et même si je me retrouve dessous, je la reçois, je la sens sur mon visage. Je sais qu’elle fera boucler mes cheveux.

La Nature m’apprend comment vivre et gérer ma vie pour peu que je l’observe. Les saisons nous indiquent comment appréhender notre énergie. 

J’ai compris que je devais apprendre à ralentir.

feminin-sacre-lumiere-automne

Ralentir mon rythme de vie. Comme l’automne l’induit. Accepter cette inévitable fatigue. Accepter que l‘obscurité nous prenne de plus en plus tôt. Allumer les bougies, les petites lumières. 

De l’importance de respecter le choix de la nature et la nature de chaque saison.

Etre dans son féminin sacré c’est être en phase avec la saisonnalité.

feminin-sacre-arbre-nature

Respecter le rythme des saisons pour respecter son rythme naturel. S’accorder le repos nécessaire. L’introspection. Se donner du temps. S’offrir du doux, du réconfortant, peaufiner  son cocon.

Automne, I love you !

Certains jours encore ensoleillés, on peut entendre les oiseaux chanter et voir des papillons voler. 

Délicate attention, délicate transition pour consoler les amoureux de l’été qui s’attristent de devoir quitter la saison de l’insouciance et de l’hédonisme.

Pourtant… voyez comment la nature nous y amène sans nous brusquer…

automne-feminin-sacre-coccooningC’est la saison du thé, des premiers feux de cheminée (même si moi je n’en ai pas, j’imagine !), des purées de potimarron, des châtaignes grillées, des tartes aux poireaux, des soupes réconfortantes et petits veloutés gourmands, des légumes un peu oubliés aux couleurs variées… et, oui, des raclettes, aussi… 😉 C’est la saison du gilet, de l’écharpe que l’on ressort… du petit chapeau « parce qu’il commence à faire frais ».

feminin-sacre-boissons-chaudes-automneOn nous prépare au Silence.

Le silence qui suivra ce déclin magnifique. 

Si nous pouvions cesser de courir…, et d’ailleurs, après quoi courons-nous ? Le temps perdu ne se rattrape pas.

Slowly.

Marcher en regardant le paysage. Respirer plus amplement. S’arrêter pour contempler, admirer, remercier intérieurement. Se réveiller sans réveil. Faire la sieste si elle nous appelle. Continuer de se faire du bien, à son rythme, sans forcer, Trouver ce qui nous fait du bien. Se chouchouter. Garder la forme sans se faire violence. Douceur à tous les étages. Personnellement, je m’octroie un hammam-sauna de temps en temps et particulièrement en saison froide… ça détend les muscles un peu crispés par la météo qui tourne au froid. Ça réchauffe ! C’est si bon pour le corps…

feminin-sacre-automne-nature automne-beaute-feminin-sacre

Pour accompagner votre automne, je vous suggère le superbe livre d’Azilis Salvador et Camille Pélissier : un florilège de petits conseils du bien être corporel aux recettes à base des produits phares de cette saison. Pour embrasser l’automne, l’accueillir dans nos vies à bras ouverts, se réjouir de son arrivée et y plonger avec délectation…

feminin-sacre-feuilles-automne

Et vous ? Comment vivez-vous “votre” automne ?…

Light and Love,

Rébecca

feminin-sacre-automne-foret-animal